RSS articles
Français  | 
Infos à propos de l’ancien policier infiltré Mark Kennedy posté le 13/07/18 - Local - 5 commentaires
Inculpé.es de trafic d’êtres humains ! posté le 28/06/18 - Local
Des vigiles au Barlok posté le 27/06/18 - Local - 21 commentaires
Commune inhospitalière de Saint-Gilles posté le 27/06/18 - Local
Policiers coupables - verdict posté le 22/06/18 - Local
MAWDA, ASSASSINAT D’ÉTAT posté le 20/06/18 - Local
ÉVASIONS CENTRES FERMÉS posté le 19/06/18 - Local - 1 commentaire

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

Des vigiles au Barlok

Il est des humiliations auxquelles je me suis habitué, que je tolère sous peine de devenir fou. J’ouvre mon sac quand on me le demande à l’entrée d’un bâtiment (même si j’essaie de râler un peu ou de questionner la personne sur ce qu’elle me fait subir), je valide ma carte Mobib pour éviter les amendes, je n’insulte pas chaque flic que je croise dans la rue… Ça me chipote, mais je ferme les yeux pour me protéger.

Je ferme les yeux et j’essaie de fréquenter des endroits sympas gérés et habités par des personnes qui questionnent les rapports de pouvoir, qui tentent au sein de ce monde pourri de vivre et de se relationner un peu différemment. Le Barlok faisait partie de ces endroits. Bon, j’y avais déjà été témoin de comportements un peu douteux : des personnes qui te regardent mal quand tu donnes peu de thunes au prix libre ou qui te mettent la pression pour que tu donnes plus, des personnes qui ne peuvent entrer parce que tous les bracelets (Sympa, le concept du bracelet, non ? Mon tonton juge, ça lui plait, en tout cas.) sont écoulés, ou parce qu’il y a « trop de gens ».

Mais ce que j’ai vu samedi dernier allait vraiment loin. Les uniformes en moins, j’ai eu affaire à des vigiles. J’arrive à 3h30 du matin et je tombe sur une vingtaine ou une trentaine de personnes bloquées devant l’entrée. Je me renseigne et on me dit qu’on ne peut pas entrer parce qu’il y a trop de gens. J’insiste, je taquine, je m’énerve, rien à faire. Si t’es à l’extérieur, si t’es un consommateur, si t’es du mauvais côté de la grille, tu fermes ta gueule. Tu ne questionnes pas l’affirmation selon laquelle le lieu est full, même si à vue de nez ça a pas l’air de se bousculer. Après cette petite engueulade, des personnes sortent du lieu, puis d’autres, puis d’autres encore. Mais on ne peut toujours pas entrer et toute discussion reste impossible. Faut que ça soit bien clair dans la tête de tous les petits bourges qui attendent qu’on les autorise à entrer en faisant le beau : les chefs, on sait qui c’est, ils sont à l’intérieur, c’est eux qui gèrent le checkpoint. Des personnes continuent à sortir, je m’énerve à nouveau et je reçois cette réplique splendide de la part d’un des flics alternos : « là, je venais pour dire que c’était bon, qu’on n’avait qu’à ouvrir les grilles, mais vu comment tu parles ça me donne vraiment pas envie de le faire ! ». Ah. OK. Bon. Au moins lui il assume (un peu plus que les autres) son statut de vigile, il déclare ouvertement que c’est lui le chef, que c’est lui qui aura le dernier mot, qu’il agira comme il veut selon son humeur du moment et qu’il assume tout à fait le rapport de pouvoir dont il profite. C’est gai, hein, d’avoir du pouvoir ? On se sent important, hein, quand on gère la porte ? On peut pavaner, nourrir son ego fragile, se vider des frustrations de la journée en humiliant d’autres êtres humains (c’est marrant, une des petites bourges qui attendait devant l’entrée ne voyait pas du tout ce qu’il y a d’humiliant à attendre devant une grille en devant être patient, gentil et effacé pour gagner sa chance d’être accepté.e).

Bon, voila pour l’anecdote. J’aurais pu faire plus court et factuel, mais je me suis quand même fait plaisir un tout petit peu. Et je ne vais pas partir dans mille leçons et recommandations, je ne vais pas conseiller le Barlok sur comment ne pas être/devenir (ou sur comment arrêter d’être ?) un club comme un autre. J’ai simplement envie de poser quelques questions aux personnes qui gèrent le lieu.

C’est pas censé être un lieu un peu libertaire le Barlok ? Vous, les personnes qui se sentent/revendiquent libertaires au sein du groupe qui gère le lieu, ça ne vous choque pas, les attitudes que j’ai mentionnées ? Est-ce qu’il est vraiment nécessaire de réguler la quantité de personnes présentes ? Est-ce que ça ne se ferait pas tout seul ? Si une décision parait désuète ou inadaptée dans une situation, est-ce qu’il faut la maintenir pour autant ? Est-il tolérable qu’une personne accepte ou refuse des entrées selon son bon vouloir ? Qu’elle insiste pour qu’une personne crache plus d’argent ? Si ce n’est pas acceptable, comment éviter ça ? Les personnes qui viennent à une soirée sont-elles de simples consommateur/ices, qui devraient payer et fermer leur gueule dans ce lieu qu’iels ne pourront s’approprier jamais et en aucune manière ? Je vous laisse voir.

Pour les vigiles en herbe, sachez que Bruxelles Formation organise des formations en gardiennage qui, en seulement deux mois, vous permettront d’exercer légalement cette profession en plein essor. Une fois le Barlok rasé, un besoin de vigiles se fera sans doute sentir pour garder les chantiers et puis pour sécuriser les bâtiments flambant neufs du Bruxelles de demain !


posté le 27 juin 2018  par Chaton  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • 27 juin 21:13

    Je vais au barlock tous les week end et j’adore ce lieu. On lui doit beaucoup, la plupart des autres lieu sont bien pire. Malgré tout, je suis d’accord avec une bonne partie du texte sur samedi. On m’a fait chier parce que j’avais pas de thune, j’ai du me justifier alors que j’ai déjà claqué des centaines d’euros dans ce lieu en plusieurs années ( Et si c’était pas le cas on s’en fout"). Pire que ça, j’y faisais la bouffe mais j’ai même pas pensé en parler tellement j’étais sur le cul qu’on me fasse chier là bas. On m’a même dit : "ok mais que je te vois pas acheter une bière !". Moi je conseille simplement en effet à ces personnes de se remettre très vite en question, car vous avez en effet déjà recalé des potes parce qu’ils étaient pauvres, mais ’’pas connu" comme moi qui le fréquente tout le temps. Or en effet, on est blindé d’Anar’ à fréquenter le lieu, et y’a un moment où ça va mal tourner. Y’en a assez du mépris du pauvres, on a nulle part où aller, nulle part où on se fait déjà respecter, alors on se laissera pas mépriser au barlock par des pet’ culs qui devraient un peu se rappeler d’où ils viennent...Le barlock est à nous, c’est à la liberté de chacun.
    Quand vous empecher trente personnes de rentrer alors que quand c’est les chaudières on est 4 fois plus. Et que vous continuer puis bloquer avec des barrières, ça donne juste envie de les défoncer. Et pourtant les gens sont rester cool, parce qu’ils vous respectent, mais revoyer peut être vos nouvelles règles alors que ça tournait très bien comme ça avant !

  • 29 juin 11:53, par Bonhom

    Salut !
    Je voulais juste dire deux choses. La première par rapport au prix libre. As-tu déjà tenu une caisse prix libre ? Il se trouve que si tu restes derrière ta caisse gentiment à ne rien dire, une bonne partie des gens donnent peu voire très peu même s’ils ont leurs poches pleines. C’est un fait. Pas de discussion là-dessus. Et, comme c’est le seul revenu de la soirée pour payer un minimum les artistes, il faut expliquer ce qu’est le prix libre. Dire que ce n’est pas gratuit et que si tout le monde donne 20 centimes, on y arrivera pas. Alors, oui, on ne peut pas savoir si tu as des sous ou si tu n’en n’as pas, il faut faire confiance. Alors oui, peut-être que des fois après 30 personnes qui donnent 50 centimes, toi, tu arrives et tu n’as vraiment pas de sous ce jour-là. Et là, la personne à l’entrée se dit qu’il faut un peu insister sinon, pas de sous pour les gens qui se produisent ce soir-là. Il suffit alors d’une petite discussion sur le fait que oui, ce soir, tu n’as pas d’argent. En général, ça se passe bien. Des fois, les gens sont de moins bonne humeur, ça arrive, non ? Oui, à tout le monde. Mais communiquer là-dessus à ce moment-là gentiment ne devrait pas poser de problème.

    Deuxièmement, pour ce qui concerne l’entrée. Il y a un an, les soirées Chaudière ont débarqué au Barlok. Le jour de la Pride. Le Barlok a failli exploser tellement, il y avait de monde. Pas cool pour les organisateur/trices complètement dépassés par les événements. Pour les soirées suivantes, il a fallu réagir. Parce qu’un Barlok bondé n’est pas agréable et peut être même dangereux pour le public. Il a donc été décidé de fermer l’entrée quand le nombre d’entrées prévues a été dépassé. Depuis, dès que 400 personnes sont à l’intérieur, les grilles sont fermées. Et surtout, ce que je veux dire ici, c’est que c’est SUPER RELOU d’être la ou les personnes qui se tiennent devant la grille et qui doivent dire aux personnes présentes qu’elles ne peuvent pas rentrer. Ce ne sont pas des vigiles loin de là. Ca me fait bien rire. Ce n’est amusant pour personne. Quand tu arrives et que c’est fermé, c’est qu’il y a une raison. La seule solution est de patienter, elle finit toujours par s’ouvrir. Ca s’appelle de la patience ! Si tu t’énerves, la grille ne s’ouvrira pas plus vite. Les organisateur/trics de soirées qui attirent du monde aimeraient bien profiter de la fête au lieu de s’emmerder à faire le "vigile" comme tu dis, tu crois pas ? Il n’y a rien d’amusant là-dedans. On ne se sent pas du tout important, ce n’est pas vrai. C’est juste chiant. Ca énerve même. Peut-être que, du coup, on devient un peu susceptible avec la pression, je ne sais pas, faut aussi se mettre à leur place. Refuser des personnes à un fête n’est jamais quelque chose de chouette mais souvent ce n’est que momentané. La seule solution quand ça arrive est d’attendre un peu. Ce n’est pas la fin du monde et si tu n’as plus envie que ça arrive, tu viens plus tôt comme le crient les orgas depuis longtemps déjà.

  • 29 juin 12:49

    Pour rappel, la jauge de 400 entrées était annoncée à l’avance et nous avons conseillé sur la page de l’event de venir tot.
    En particulier samedi, nous avons en fait décider apres les 400 premiers bracelets (et oui c’est con mais ca permet de compter les bracelets), d’en rajouter 100. Au-dela de 500 personnes dans le Barlok, l’equipe est vraiment sur les genoux pour gerer le lieux.
    Donc effectivement taquinier a l’entree quand on vous dit que nous avons atteint notre capacite maximum, fini par enerver tout le monde. En fonction des sorties definitives, des groupes de 10 personnes on pu re-rentrer pendant un certain temps et les entrées on été réouverte vers 5h du matin completement.

  • 29 juin 14:05, par Bonhom

    Et le Barlok n’est pas un "club" !! C’est pour l’essentiel une salle de concerts et certains jours, il y a des soirées. Ca n’a rien à voir !
    Aussi, ce n’est pas parce que c’est un lieu "libertaire" qu’il ne doit y avoir aucune règles. Et spécialement concernant le nombre de personnes se trouvant à l’intérieur. De dehors, il est impossible de dire "à vue de nez ça a pas l’air de se bousculer". Impossible ! Il faut faire un minimum confiance aux orgas qui, encore une fois, aimeraient faire autre chose que de devoir fermer les grilles. Et non, ça ne se fait pas tout seul ! On n’a jamais refusé personne qui n’avait pas d’argent, c’est tout l’intérêt du prix libre, sinon, ça n’aurait aucun sens.

  • 30 juin 03:37, par Kassy

    Je trouve absolument DEGEULASSE que tu te permette de pondre un texte en mode victime d’oppression pour une histoire de soirée ou tu n’as pas pu rentrer car trop de monde. Oui tu es arrivé à 3h30 c’était archi blindé et pour info tu as raté le maquillage de la mode à New York en début de soirée donc aucun intérêt pour toi cette soirée BITCH. Alors a mon avis je te connais pas mais tu es bien BLANC, bien CIS, bien privilégié dans ta vie de tout les jours, et si ton combat politique concerne ton refoulement en soirée, ne n’étonne pas que des lieux alterno devienne comme des lieux mainstream, la faute à des gens comme toi.

  • 30 juin 04:07, par skalpel cathacrèse

    lol chaton il c’est cru sur trip advisor ha ha ha ha

  • 30 juin 11:08, par FrancaNoDrama

    Tu parles dez frustrations de vigiles quand t’as bien l’air d’être la seule personne à avoir encore le seum parce que la miss à dû attendre à l’entrée avec des autres bourges.
    Heureusement que la soirée s’appelait TECH NO DRAMA. T’as vraiment l’air d avoir tout compris.
    A personne a était demandé 10e à l’entrée je suis sûr, et surement si ont sollicité à mettre un peu plus c’est parce que 20 centimes ça fait un peu fouttage de geueule et surtout ça ne couvre pas les charges que un LIEUX LIBRE comme le barlok à à payer en organisant de soirées pour le kiff des gens LIBRES.
    Franchement tes arguments sont nul à chier et ont pas l’air de venir de qlqn.e que a vraiment compris l’esprit de lieu que comme le barlok heureusement continuent faire leur combat au top, en restant fidèle à leur identité.
    Si tu veux de teufs où y a pas de règles t’as que aller en free, y aura sûrement pleins de bourges que t’as l’air de bien aimer ou sinon ouvre ton spot à toi.
    Hate de voir ceux que ça donne.
    Pt être Bruxelles Formation donne des course aussi de Management de l’evenementiel, même si t’as.Déjà l’air de tout connaître on peux tjs faire plus.

  • 30 juin 13:38, par smh

    d’un côté des personnes qui s’étonnent que le barlok soit finalement un club comme un autre, et de l’autre ceux qui croient encore en faire un milieu libre voire "libertaire". à mourir de rire !
    Des anars qui fréquentent le Barlok ? c’est la meilleur ! Aucuns,aucunes anarchistes n’iraient dans un lieu qui participe à la gentrification du kanal, comme tous les lieux pas loin, que ce soit bar associatif, occup précaires,salle de fête,.

  • 1er juillet 15:11, par 1210

    Réaction au texte de SMH

    par smh
    d’un côté des personnes qui s’étonnent que le barlok soit finalement un club comme un autre, et de l’autre ceux qui croient encore en faire un milieu libre voire "libertaire". à mourir de rire !
    Des anars qui fréquentent le Barlok ? c’est la meilleur ! Aucuns,aucunes anarchistes n’iraient dans un lieu qui participe à la gentrification du kanal, comme tous les lieux pas loin, que ce soit bar associatif, occup précaires,salle de fête,.

    Je me dois de réagir ! Pour avoir travaillé dans l’événementielle, aussi bien dans l’organisation que dans,l’aspect technique ! En discothèque ou dans des centres culturel,& bien sur dans des clubs !
    1) LE BARLOK N’EST PAS UN CLUB !!!! J’ai travaillé aux "fusible" qui existe encore ! Là ILS balancent aux flics une partie de leurs clientèles pour resté ouvert, cela peut allez jusqu’à 10 clients sur une soirée !!!! Et sa a chaque événement, toutes les grandes discothèque fonctionne comme sa sinon, ILS ferments les lieux !!!
    2) Des Anarchistes au BARLOK ??? NON !!! HÉ bien OUI !!!
    Il existe une bibliothèque anarchiste à Bruxelles elle s’appelle Acrata !
    C’est grâce à l’équipe du BARLOK, à ceux & celles d’Actara, ainsi qu’à d’autre libertaires ! Que fut organisée Le 18/11/2017, un concert de solidarité avec les anarchistes inculpés d’activitées en relation avec le terrorisme. Voici un texte qui revient sur les accusations retenues contre ces anarchistes et anti-autoritaires :https://bxl.indymedia.org/%3Cdoc4326%7Cleft%3E!
    C’est de la solidarité active & non théorique comme souvent ! Cette action a permis de trouvé un peut de fric pour faire face a cette attaque étatique & inique ! Sans LE BARLOK, je ne voie pas où l’organisation de cette événement aurai eux lieu ? Si tu as des propositions , le procès va bientôt avoir lieux. Les accusée ont toujours besoin de financement ! Nous remercions donc l’équipe du BARLOK pour cette action direct de solidarité active & pratique ! Salutation insurrectionaliste !
    3) Le prix libre ne veux pas dire gratuit !! Sinon ont marque FREE !!! Quand je me rend au BARLOK, je paye comme ailleurs !!! C-a-d 5 euro minimum, ce qui est vraiment de l’ordre du symbolique, quand ont sais le travaille qui il y derrière, évidement bcp de gens pense qu’il y a bcp de fric !!! NON, sa je le sais par expérience !! Libertaire, Ha oui !!!! A un point ou des personnes chipote, a la table son et personne ne dit rien !!! Sa moi j"avais jamais vue !!! En 20 ans de boulot dans ce type de milieux ! Pas de Service d’ordre au sens ou tout le monde est responsable ! 4) La gentrification n’est pas la logique qui correspond au BARLOK, sinon il serai subventionné !!! Bref je te laisse mourir de rire ! Salutation anacho-vendalo-violent-insurrectionaliste ! (c’est pas de moi mais d’un journaliste !

  • 1er juillet 17:07, par Chaton

    Merci aux personnes qui ont donné un avis construit et qui ont partagé leurs expériences. J’entends bien que tenir l’entrée et gérer une soirée n’est pas évident. C’est quelque chose que je ne connais pas, je vais donc éviter de vous donner des leçons là-dessus. Et je comprends aussi qu’on peut parfois avoir des attitudes pas cools dues au stress de l’organisation, aux responsabilités, etc. Je trouve quand même important de pointer du doigt ces attitudes et de les questionner. Pour moi, retenir des personnes à l’extérieur parce qu’elles te parlent mal, c’est vraiment déconné. C’est juste un utilisation jouissive du rapport de pouvoir dans lequel tu te trouves. Retenir 20 personnes à l’extérieur samedi dernier me paraissait aussi absurde. S’il avait été minuit et que beaucoup de personnes avaient encore pu arriver, votre truc de "on ne veut pas trop de monde parce que sinon ça devient ingérable" se tenait. Mais à 3h30 ça n’avait plus aucun sens. Pour moi c’était juste un amour de l’ordre et du pouvoir. C’est sûr que 20 personnes en plus n’auraient pas changé grand chose, c’est sûr qu’on n’allait pas voir débarquer une horde de gens supplémentaire. Les personnes aux portes s’en étaient d’ailleurs rendu compte, puisqu’elles parlaient d’ouvrir les portes. Jusqu’à ce que leur ego soit froissé par mes remarques.

    Concernant le prix libre, oui je comprends le besoin d’avoir des thunes à donner aux artistes, qui entraine le besoin d’expliquer ce qu’est le prix libre et pourquoi c’est nécessaire de mettre plus de 20 centimes quand c’est possible. J’ai juste l’impression que parfois on quitte l’explication et la tentative de responsabiliser les gens pour faire pression de manière désagréable. C’est pas très grave, ok, mais je trouve intéressant d’y réfléchir.

    L’absence de subventions n’empêche pas, il me semble, que le Barlok participe à la gentrification du quartier. Mais c’est vrai qu’il y a bien pire.

    Je ne prétends pas avoir subi une énorme oppression, je ne prétends pas non plus que c’est un sujet majeur. Simplement, je questionne et j’ouvre le débat. C’est sain, non ?

  • 1er juillet 17:08, par Chaton

    Merci aux personnes qui ont donné un avis construit et qui ont partagé leurs expériences. J’entends bien que tenir l’entrée et gérer une soirée n’est pas évident. C’est quelque chose que je ne connais pas, je vais donc éviter de vous donner des leçons là-dessus. Et je comprends aussi qu’on peut parfois avoir des attitudes pas cools dues au stress de l’organisation, aux responsabilités, etc. Je trouve quand même important de pointer du doigt ces attitudes et de les questionner. Pour moi, retenir des personnes à l’extérieur parce qu’elles te parlent mal, c’est vraiment déconné. C’est juste un utilisation jouissive du rapport de pouvoir dans lequel tu te trouves. Retenir 20 personnes à l’extérieur samedi dernier me paraissait aussi absurde. S’il avait été minuit et que beaucoup de personnes avaient encore pu arriver, votre truc de "on ne veut pas trop de monde parce que sinon ça devient ingérable" se tenait. Mais à 3h30 ça n’avait plus aucun sens. Pour moi c’était juste un amour de l’ordre et du pouvoir. C’est sûr que 20 personnes en plus n’auraient pas changé grand chose, c’est sûr qu’on n’allait pas voir débarquer une horde de gens supplémentaire. Les personnes aux portes s’en étaient d’ailleurs rendu compte, puisqu’elles parlaient d’ouvrir les portes. Jusqu’à ce que leur ego soit froissé par mes remarques.

    Concernant le prix libre, oui je comprends le besoin d’avoir des thunes à donner aux artistes, qui entraine le besoin d’expliquer ce qu’est le prix libre et pourquoi c’est nécessaire de mettre plus de 20 centimes quand c’est possible. J’ai juste l’impression que parfois on quitte l’explication et la tentative de responsabiliser les gens pour faire pression de manière désagréable. C’est pas très grave, ok, mais je trouve intéressant d’y réfléchir.

    L’absence de subventions n’empêche pas, il me semble, que le Barlok participe à la gentrification du quartier. Mais c’est vrai qu’il y a bien pire.

    Je ne prétends pas avoir subi une énorme oppression, je ne prétends pas non plus que c’est un sujet majeur. Simplement, je questionne et j’ouvre le débat. C’est sain, non ?

  • 3 juillet 12:04

    J’ai eu l’occasion de tenir bon nombre d’entrées prix libre, notamment dans de grosses soirées en squat. Le "tenir" a toujours signifié : informer sur le fait que prix libre n’est pas gratuit (responsabilisation) et sur l’usage de la thune (transparence). J’ai par contre toujours fait en sorte de ne pas voir ce que mettaient les personnes comme entrée. Une caisse placée non face à moi mais un peu sur la côté. Ça demande de travailler sur nos réflexes de regards curieux, sur la responsabilité dont on se sent investi de filer un cachet raisonnable aux artistes (les artistes qui acceptent le prix libre acceptent aussi que leur cachet soit de la responsabilité du public et non de l’orga). Et de vider régulièrement la caisse pour éviter les vols.
    Je ne comprends pas qu’on puisse savoir ce que mettent les personnes dans le prix libre et il me semble que ça va à l’encontre de ses objectifs (notamment la responsabilisation des personnes qui viennent aux soirées et décident seules et sans jugement/pression de ce qu’elles veulent/peuvent donner à l’entrée).
    Et encore moins qu’on puisse faire des réflexions sur la quantité de thune que mettent les personnes.
    Il y a d’autres moyens que la pression directe sur les individus pour dire que la soirée manque de rentrées : par exemple mettre un panneau à l’entrée avec le coût de la soirée et ce qu’on espère pouvoir donner aux artistes, et mettre en cours de soirée à combien s’élève le prix libre.
    Ce qui est cool aussi avec le prix libre, c’est qu’on peut mettre peu en début de soirée, ne sachant pas si on va aimer et rester, puis revenir plus tard remettre une seconde fois.
    Le côté "libre" dans "prix libre", ce n’est pas que vis-à-vis de la somme.

  • 3 juillet 14:17, par 1210

    Des vigiles au Barlok/Réponse a Chaton ! par 1210
    Bonjours Chaton !!
    BON OK revenons sur la question de l’entrée !!!
    - AU BARLOK ! -

    C’est tjrs 1210 C/c ; L’entrée :- C’est un sujet délicat !
    Un peut d’explication réglementaire ; (le R.G.P.T.), ou règlement de la (ou des) espaces publique. CE DÉROULANT A L’INTÉRIEUR D’UN ESPACE CLÔT ou FERMER.

    Le RGPT, défini (ENTRE AUTRE) le nombre de présence d’un public dans un lieu.
    - Comme ceci : l’entrée (ou les entrées), du dit lieu & la (ou les) sorties de secoure(s), sont en relation, avec le nombre de public présent dans le dit lieu.

    Cela ce défini en fonction ; de la largeur des lieux de transitions,
    ex : porte d’entrées & de sorties, (portes de service, entrée d’artiste, ect) !
    - Dans le contexte présent, arrêtons nous sur l’entrée & les sorties de secoure !
    C’est ; la largeur et hauteur (normalisée), qui rentre en ligne de compte !
    - Chaque centimètre (cm), donc 1 cm représente une personne ! Une porte qui fait (par ex ; entrée composée de deux éléments(rabattable), refermable dans le sens extérieur du bâtiment & non vers l’intérieur,(sinon ce n’est pas considérée comme lieux de transitions)), de 160 cm de large permet un public de 160 personnes !
    - Pour un public d’enfant, il faut rajouté 1,5 cm par enfant ! Même logique pour la sortie de secoure.....
    Lors d’événements organisé par Psyclotron asbl, (il y a de bien longtemps) nous avons été contraint de refusé du monde par simple mesure de sécurité, même logique pour le BARLOK !

    Dépassé la possibilité d’une salle, don Les réglés imposé, & ce après des catastrophes, dans des lieux dit "festif". Chaque année cela ce reproduit, (souvent du aux propriots ferment les sorties de secoure, pour empêché les resquilleurs) !

    Comme organisateur mon attention à tjrs été ; - NON de perdre de l’argent !
    - Mais de voir, & d’être responsable de la mort, & ou des blessée d’un(e) membres du public présent à l’événement !!!!
    - A cause de mes incapacités ! A respecté des règles logique !!!
    - L’action ludique ne dois pas engendré, des blessures physique, (ou) & psychologique

    Donc ;- IL FAUT une gestion de l’entrée, & gérée le nombre maximum défini en fonction du RGPT !
    Afin "remplir" la salle de spectacle, en toute sécurité !
    LE BARLOK étant une structure multifonctionnel, difficile a identifié dans un cadre conventionnel, ne fait pas de différences ! LE BARLOK ce dois de faire, & de respecté le bien fondé du RGPT !
    En refusant du monde c’est donc des acteurs & actrices ;" d’actions de contre culture affirmée, responsable, & disciplinée, & autogestionnaire !!!

    Pour l’avoir vécu ! C’est insupportable de faire le Service d’Ordre, (S.O.), ou la sécu comme ont dit dès à présent !!

    DONC ; -Je sais, je ne peut pas faire partie de la 1° ligne !
    - Ceux qui doivent encaissez ; la mauvaise humeur, l’insistances,(ex ;"allé ont ce connais, TU vas pas ME faire SA, A MOI ! ECT) !!!"
    - Les insultes ; (ex ; & sa ce dit libertaire & anti-fasciste & vous êtes des FAFS !! La moi je cogne, & dure !!! J’ai pas risqué ma vie à anvers & d’autre lieux. Dans des manifs anti-fasciste pour m’entendre dire des conneries pareille !! Par des fêtad(e)s qui surement, non jamais bougé(e)s et pris(e)s des risques ? HA OUI ; sauf allez, de nuit,le long du canal,faire la fêtes)....
    - Donc je suis en 2° lignes, celle qui interviens quand rien ne va plus ! Tu l’auras compris ! Je supporte mal d’assumé, le devoir de faire la sécurité. Je préfère écrire ; S.O. c’est plus juste me parait-il, cela n’est pas dans mes cordes. Le S.O. c’est un boulot).
    Qui est de nos jours encadrés pas des lois étatique. Il y a 20 ans tu aurais prix sur ta gueule, si jamais tu n’avais pas respecté le SO !! C’était une véritable mafia à l’époque ! le S.O. des Bérurier noir, sa c’étais des durs, des violents (à raisons) ! Imposant, (avec des actes discutable) ; ex ; faire enlevée tout signes qui ne leurs convenais pas sinon ;- PAF ! Dans t’as gueule, avec Le ticket dans t’as bouche Hé HoP dehors, avec le gout de ton sang !!
    Ont est loin de cette ambiance !!! Au BARLOK !!!
    devoirs

    - "L’absence de subventions n’empêche pas, il me semble, que le Barlok participe à la gentrification du quartier. Mais c’est vrai qu’il y a bien pire".

    - Le public visée par la gentrification, n’est pas celui du BARLOK, d’ailleurs le lieux n’est pas repris dans les projets, du Park ect... La gentrification est un processus long & éliminant une population des lieux qui changerons de public. Ou de fonction, les Marolles sont un exemple parfais !! Là c’est d’une évidence, et ce n’est pas aux "alternatifs, ou aux marginaux. Qui y sont acteurs(trices), NON c’est les antiquaires & commerces touristiques ! Ce un processus, est en oeuvre depuis 1990 (aux Marroles) ! Berlin est en phase, de gentrification,(comme BXL), bcp de ville, ce sont les lieux dit, "alternatif" qui disparaissent ! Pas les commerces, brancher ou autre ! Le building, en face (du BARLOK) est une dès représentations de La gentrification a BXL ! Enfin chacun sont avis !

  • 5 juillet 00:07

    @1210
    C’est dingue y’a une personne qui attire l’attention sur des comportements, des rapports de pouvoir et tu lui réponds centimètres légaux et légitimité de qui pisse le plus loin en actions politiques !

    Ça va, pas besoin de continuer à te justifier, on a compris que la remise en question n’est pas à l’ordre du jour et qu’à tes yeux les manières de faire sont à prendre ou à laisser.

    (sympa aussi les jugements sur le public)

  • 5 juillet 00:28

    C’est dingue y’a une personne qui s’indigne de certaines choses et pas d’autres = indignation selective

  • 6 juillet 13:09

    Tu penses à quoi quand tu parles d’indignation sélective ?

  • 6 juillet 14:54, par snolden

    PTR ... !!

    le gars/fille iel gueule contre l’entrée momentanément fermée pour raison de sécurité, alors que ce fichu Barlok oblige tout le monde a passer par FB pour avoir une once d’info sur les événements ...

    ça c’est une pratique d’exclusion, qui favorise le capital et la société de la surveillance !!

    ça coûte vraiment rien d’avoir une fichue page fixe mise à jour 1x par mois avec le programme, et éventuellement un texte ou deux en plus de description...
    là maintenant c’est juste... naze et inutile.

    donc Bonhom, t’imagine pas que les consignes de limitation de personne elles soient passée hein ...

    pfff ... anarchos de carnaval !

  • 6 juillet 23:18

    ouais enfin nos anarcho radicool de bruxelles genre piratons BXL on aussi des pages facebook hein l’amiEs !!!! bon sinon entre les purEs les durEs et les chiantEs y’à quoi qui se passe de bien à BXL city à part les prises de têtes ! ptètre des relou qui chie sur les rares initiatives non consumériste ! de notre ville morte !!! avec des appel trop naze pour des manifs fichage trop pourrie ou bien des centres sociaux qui dure 1 semaine avec leur potes staliniens jle met au masculiens (niste) car çà leur và bien ! sinon le pur de dur de ’anarcho il fait quoi enfait à part trainé dans les bar du parvis hein allez là révolution on en reparle quand t’aura passé ton diplôme d’anar en chef !

  • 7 juillet 12:18, par f

    >Snolden
    "ça coûte vraiment rien d’avoir une fichue page fixe mise à jour 1x par mois avec le programme, et éventuellement un texte ou deux en plus de description... "
    Bha si en fait, un domaine internet ça coute de l’argent, le Barlok avait une page mais elle a fini par être complètement délaissée étant donné que pratiquement personne ne passait sur autre chose que sur cette saleté de Fessebouc. Pour information y’a des flyers et affiches qui sont faites chaque mois par centaines et distribués dans la plupart des lieux "anarchocool" et autres café à la con. Je pense pas que ce soit de "l’exclusion sociale" le format papier mais bon... Outre ça, je peux moi-même pas blairer le facebouc, j’en ai pas et pourtant j’arrive à aller sur la page publique du lieu si j’suis vraiment en besoin d’une info précise. Donc je veux bien entendre que c’est pourri de faire fonctionner la machine fessebouc de merde mais parler d’exclusion c’est vraiment d’la victimisation de trottoir !

    Franchement, quand on lit l’accumulation de critiques pourrav’ ci dessus on constate bien la mauvaise foi et la facilité qu’on certaines personnes à dégueuler sur des initiatives auxquelles ils ne prennent absolument pas part. J’ai participé aux travaux pour construire la Barlok il y a de ça plus de 3 ans, je me suis investi dans l’orga’ ou l’aide multiple à la plupart des soirées du lieu, même quand c’était une équipe pourrav’ qui gérait le bazar et avec qui ça clachait politiquement, j’ai passé tellement de temps là bas, à mettre en place des soirées Queer ou des évènements Punks, Crusts, toujours avec les quelques mêmes personnes qui gravitent autour du lieu, j’ai vu le lieu SUBIR graduellement la gentrification du canal et voir arriver des hordes de bourges, de hipsters, qui viennent simplement consommer l’image de l’espace, se défoncer en mode after après avoir été se bourrer la gueule et claquer toute leur thune en boite...

    Aujourd’hui, depuis 1 an c’est des nouvelles personnes qui sont plus en avant, aux commandes et idéologiquement ça me parait bien plus cool et politiquement impliqué. Même si y’aura toujours des trucs à redire, y’a des efforts constants qui sont faits et quand un truc te plait pas, tu t’impliques et t’essayes d’arranger, de changer les choses. C’est ça l’auto-gestion. Ce lieu est un des seuls trucs qu’ils nous reste de sympa dans cette ville de merde.

    Alors le trip de jouer les anarcho-puristes (>Chaton) qui perçoivent le lieu comme une institution qu’ielles peuvent juste venir consommer. Ne pas y connaitre les gens, les fonctionnements, les contraintes, ne pas s’y intéresser, ne pas venir filer de coup de main, ne pas aider à mettre en place les soirées (Parce que, ouais, si un évènement t’intéresse tu peux venir bouger ton cul et proposer de l’aide, tu verras, tu rentreras facile, t’arrêteras d’râler), ne même pas simplement participer à l’ambiance en se ramenant à l’heure prévue de l’évènement ou en participant aux ateliers généralement organisés plus tôt... juste se ramener à 3h30 du mat’ avec les autres petits geois-bour qui viennent bonder le lieu à ces heures là et nous faire chier, râler parce que "monsieur est un anarchiste, lui, il n’est pas comme ces autres connards qui l’entourent, il a le droit d’insulter le mec ou la meuf à la grille qui s’est coltiné.e des relous et des remarques de merde toute la soirée. Après on doit le faire entrer parce que c’est p’t’être supposé être libertaire, mais merde, un client est un client ! Pas d’appréciation personnelle des personnes qui ont tout gérée de A à Z siouplè !" et puis une fois que monsieur aura fait son tour dans le lieu, il pourra se plaindre que "quand même c’était mieux avant ! Maintenant c’est d’la merde ! Je ne viendrai plus !"...

    Dernièrement il y a avait une soirée de soutien à un centre autogéré anarchiste au Vénézuela. Un type de là bas est venu faire une présentation, c’était super touchant et impressionant. J’ai pas vu les fameux anarcho-puristes, on était toujours les mêmes 10 pellé.es. Après, quand le concert à démarrer, plein de gen.te.s se sont rameutées, comme d’hab’, c’était triste. Peut être que tu pourrais venir participer à des moments comme ceux là, t’intéresser à d’autres soirs de la semaine du Barlok et pas juste te ramener à LA grosse soirée tendance du mois où y’a plein de monde et une impliquation politique très proche du zéro, pour finalement râler que c’est trop d’la merde et que les gens sont des gros fach’lar...

    En fait, mec, juste tagueule, t’es un énième consommateur du lieu, de celleux qui le pourrissent, sauf que tu penses avoir une pureté et une argumentation politique pour le justifier.

    Et pour le type qui répondait juste avant moi : T’es vraiment pas mieux à cracher sur les personnes qui organisent des rassemblements ou manif et se cassent le cul, se mettent en danger en ouvrant des centres sociaux ! Et tes p’tites diffamations chépères de type qui est trop à la masse et qui insinue dez corélations entre des collectifs anar’ comme piratons bxl & consort, et des stal’ comme le secours rouge (j’imagine que c’est de ce genre de bordel dont tu parles). Punaize t’es grave à la masse, j’sais pas où t’as vu ça...

  • 9 juillet 18:11, par snolden

    @f > la page barlok.be existe toujours mais n’est pas à jour, donc non ça coûte rien de poster le fichu .jpg du programme sur le web ouvert et pas sur un réseau publicitaire espion... !!
    j’ai d’ailleurs déjà proposé de l’aide mais "on s’en occupe" m’a t’on répondu ... bha oui tien ;)
    je connais bien les conditions, et le foutoir que c’est d’organiser un tel lieu... mais justement ça commence peut-etre par un programme clean posté à une adresse stable (et qui risque pas de se faire censuré comme déjà ) et qui coûte moins en fric et énergie que d’imprimer des centaines de papiers finissant au vent...

    les vigiles ils sont sur FB, pas à la grille ...

    sinon, courage les gens, on finira bien par laisser tomber cette rage stupide contre nos semblables pour un jour s’organiser un peu mieux et enfin profiter ;)

  • Bonjours Snolden, (dernière participation a ce débat 1210)

    Le Barlok & sécurité du public ! (vous remarquerez je ne parle pas de CLIENTS) !

    Donc, j’ai sûrement, maladroitement expliqué les données technique concernant les problématiques, de la gestion de l’entrée,(& des sorties de secoure) !

    - "Donc Bonhom, t’imagine pas que les consignes de limitation de personne elles soient passée hein ... pfff ... anarchos de carnaval" !

    Ce ne sont pas des consignes, mais des limitations du a l’environnement spatiale !
    Afin d’évité des catastrophes ou l’humaine est moins important que le fric !

    Personnellement je considère que l’humain n’est pas comparable aux frics, aux capitaux ect.

    Non elle sont pas passé !!! les consignes, Logique quand, effectivement ont n’as pas conscience des problématiques, n’y des responsabilités civil, & qu’une d assurance R.C., c’est fait pour les "bourgeois"...

    "pfff ... anarchos de carnava !" ;

    Exemples pour ceux qui non pas l’info "carnavalesque" de la gestion d’un lieu & du respect du public :

    1) -Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1970, vers 1 h 40 du matin, alors qu’environ 180 personnes sont présentes dans l’établissement, le sinistre se déclare dans le recoin d’une loge située au dessus du bar, au premier étage 4. Les sorties de secours sont verrouillées pour éviter les resquilleurs, ce qui pousse les jeunes à tenter vainement de sortir par les tourniquets d’entrée car ils ne tournent que dans un sens (celui pour entrer),-(voir RÉPONSE CHATON 3 JUILLET 14H17 ; -"Une porte qui fait (par ex ; entrée composée de deux éléments(rabattable), refermable dans le sens extérieur du bâtiment & non vers l’intérieur,sinon ce n’est pas considérée comme lieux de transitions")"ha la la le carnaval") !

    Selon le témoignage de Pierre Montillo, un survivant, l’orchestre a continué de jouer alors que le feu ravageait déjà une partie de l’établissement : « il jouait Satisfaction des Stones, j’ai ce souvenir précis » dit-il. Lorsqu’une trentaine de personnes réussit à s’échapper en forçant une issue de secours, un appel d’air entraîne une boule de feu qui traverse toute la discothèque !

    2) -1994 (27 novembre) : incendie dans une discothèque de Fuxin (Chine) : 234 morts.

    3)- 2013 (27 janvier) : incendie dans la discothèque ’’Kiss’’ (pt) de Santa Maria, au Brésil, faisant plus de 235 morts entre 18 et 30 ans.

    4)- août 2017 • Un an après le dramatique incendie du bar « Au Cuba Libre » de Rouen qui avait fait 14 morts et 6 blessés ; dont la majorité sont des jeunes âgés de 18 à 25 ans.
    - les ... La porte de secours de ce sous-sol était verrouillée. ...
    - Selon le maire, quatorze ont été totalement ou partiellement fermés ...

    IL Y A BIEN UN "CARNAVAL SAUVAGE" à BXSL ? Réprimé comme il ce dois par les milices du patronna ! Dans ce type d’action direct, il y a des anarchistes, des anti-autoritaires, des libertaires, ect !!!
    - Pffff ce ne sont jamais que des anarcho-carnavalesques ! Sont-ils suite a cette action ; moins,ou presque pas complètement anarchiste ? Que les non carnavalesque ?

    J’ai l’impression de vivre avec des anarcho-bizounours, alors snoden ? quand ont ce donne RDV pour comparé les "anarcho-carnavalesque" et les "anarcho-vendalo-violento-insurectionaliste" ? Ont pourrai s’affronté au échec, les anars sont si crient en échecs ? Ou à la marelle, cela nous entraînera physiquement pour des affrontements contre les fascistes ! S’imposent à nous dans toutes l’Europe ! Que mille action antifasciste, éclaire nos combattant(e)s, ainsi que les troyen(e)s dans l’action direct ! RASH BXSL Bonjours Snolden,

    Le Barlok & sécurité du public ! (vous remarquerez je ne parle pas de CLIENTS) !

    Donc, j’ai sûrement, maladroitement expliqué les données technique concernant les problématiques, de la gestion de l’entrée,(& des sorties de secoure) !

    - "Donc Bonhom, t’imagine pas que les consignes de limitation de personne elles soient passée hein ... pfff ... anarchos de carnaval" !

    Ce ne sont pas des consignes, mais des limitations du a l’environnement spatiale !
    Afin d’évité des catastrophes ou l’humaine est moins important que le fric !

    Personnellement je considère que l’humain n’est pas comparable aux frics, aux capitaux ect.

    Non elle sont pas passé !!! les consignes, Logique quand, effectivement ont n’as pas conscience des problématiques, n’y des responsabilités civil, & qu’une d assurance R.C., c’est fait pour les "bourgeois"...

    "pfff ... anarchos de carnava !" ;

    Exemples pour ceux qui non pas l’info "carnavalesque" de la gestion d’un lieu & du respect du public :

    1) -Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1970, vers 1 h 40 du matin, alors qu’environ 180 personnes sont présentes dans l’établissement, le sinistre se déclare dans le recoin d’une loge située au dessus du bar, au premier étage 4. Les sorties de secours sont verrouillées pour éviter les resquilleurs, ce qui pousse les jeunes à tenter vainement de sortir par les tourniquets d’entrée car ils ne tournent que dans un sens (celui pour entrer),-(voir RÉPONSE CHATON 3 JUILLET 14H17 ; -"Une porte qui fait (par ex ; entrée composée de deux éléments(rabattable), refermable dans le sens extérieur du bâtiment & non vers l’intérieur,sinon ce n’est pas considérée comme lieux de transitions")"ha la la le carnaval") !

    Selon le témoignage de Pierre Montillo, un survivant, l’orchestre a continué de jouer alors que le feu ravageait déjà une partie de l’établissement : « il jouait Satisfaction des Stones, j’ai ce souvenir précis » dit-il. Lorsqu’une trentaine de personnes réussit à s’échapper en forçant une issue de secours, un appel d’air entraîne une boule de feu qui traverse toute la discothèque !

    2) -1994 (27 novembre) : incendie dans une discothèque de Fuxin (Chine) : 234 morts.

    3)- 2013 (27 janvier) : incendie dans la discothèque ’’Kiss’’ (pt) de Santa Maria, au Brésil, faisant plus de 235 morts entre 18 et 30 ans.

    4)- août 2017 • Un an après le dramatique incendie du bar « Au Cuba Libre » de Rouen qui avait fait 14 morts et 6 blessés ; dont la majorité sont des jeunes âgés de 18 à 25 ans.
    - les ... La porte de secours de ce sous-sol était verrouillée. ...
    - Selon le maire, quatorze ont été totalement ou partiellement fermés ...

    IL Y A BIEN UN "CARNAVAL SAUVAGE" à BXSL ? Réprimé comme il ce dois par les milices du patronna ! Dans ce type d’action direct, il y a des anarchistes, des anti-autoritaires, des libertaires, ect !!!
    - Pffff ce ne sont jamais que des anarcho-carnavalesques ! Sont-ils suite a cette action ; moins,ou presque pas complètement anarchiste ? Que les non carnavalesque ?

    J’ai l’impression de vivre avec des anarcho-bizounours, alors snoden ?
    Quand ont ce donne RDV pour comparé ; les "anarcho-carnavalesque" et les "anarcho-vendalo-violento-insurectionaliste" (hihih) ? Ont pourraient s’affronté au échec, les anars sont si crient en échecs ? Ou à la marelle, cela nous entraînera physiquement pour des affrontements contre les fascistes, qui s’impose a nous dans toutes l’Europe ! RA
    RABonjours Snolden,

    Le Barlok & sécurité du public ! (vous remarquerez je ne parle pas de CLIENTS) !

    Donc, j’ai sûrement, maladroitement expliqué les données technique concernant les problématiques, de la gestion de l’entrée,(& des sorties de secoure) !

    - "Donc Bonhom, t’imagine pas que les consignes de limitation de personne elles soient passée hein ... pfff ... anarchos de carnaval" !

    Ce ne sont pas des consignes, mais des limitations du a l’environnement spatiale !
    Afin d’évité des catastrophes ou l’humaine est moins important que le fric !

    Personnellement je considère que l’humain n’est pas comparable aux frics, aux capitaux ect.

    Non elle sont pas passé !!! les consignes, Logique quand, effectivement ont n’as pas conscience des problématiques, n’y des responsabilités civil, & qu’une d assurance R.C., c’est fait pour les "bourgeois"...

    "pfff ... anarchos de carnava !" ;

    Exemples pour ceux qui non pas l’info "carnavalesque" de la gestion d’un lieu & du respect du public :

    1) -Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1970, vers 1 h 40 du matin, alors qu’environ 180 personnes sont présentes dans l’établissement, le sinistre se déclare dans le recoin d’une loge située au dessus du bar, au premier étage 4. Les sorties de secours sont verrouillées pour éviter les resquilleurs, ce qui pousse les jeunes à tenter vainement de sortir par les tourniquets d’entrée car ils ne tournent que dans un sens (celui pour entrer),-(voir RÉPONSE CHATON 3 JUILLET 14H17 ; -"Une porte qui fait (par ex ; entrée composée de deux éléments(rabattable), refermable dans le sens extérieur du bâtiment & non vers l’intérieur,sinon ce n’est pas considérée comme lieux de transitions")"ha la la le carnaval") !

    Selon le témoignage de Pierre Montillo, un survivant, l’orchestre a continué de jouer alors que le feu ravageait déjà une partie de l’établissement : « il jouait Satisfaction des Stones, j’ai ce souvenir précis » dit-il. Lorsqu’une trentaine de personnes réussit à s’échapper en forçant une issue de secours, un appel d’air entraîne une boule de feu qui traverse toute la discothèque !

    2) -1994 (27 novembre) : incendie dans une discothèque de Fuxin (Chine) : 234 morts.

    3)- 2013 (27 janvier) : incendie dans la discothèque ’’Kiss’’ (pt) de Santa Maria, au Brésil, faisant plus de 235 morts entre 18 et 30 ans.

    4)- août 2017 • Un an après le dramatique incendie du bar « Au Cuba Libre » de Rouen qui avait fait 14 morts et 6 blessés ; dont la majorité sont des jeunes âgés de 18 à 25 ans.
    - les ... La porte de secours de ce sous-sol était verrouillée. ...
    - Selon le maire, quatorze ont été totalement ou partiellement fermés ...

    IL Y A BIEN UN "CARNAVAL SAUVAGE" à BXSL ? Réprimé comme il ce dois par les milices du patronna ! Dans ce type d’action direct, il y a des anarchistes, des anti-autoritaires, des libertaires, ect !!!
    - Pffff ce ne sont jamais que des anarcho-carnavalesques ! Sont-ils suite a cette action ; moins,ou presque pas complètement anarchiste ? Que les non carnavalesque ?

    J’ai l’impression de vivre avec des anarcho-bizounours, alors snoden ? quand ont ce donne RDV pour comparé les "anarcho-carnavalesque" et les "anarcho-vendalo-violento-insurectionaliste" ? Ont pourrai s’affronté au échec, les anars sont si crient en échecs ? Ou à la marelle, cela nous entraînera physiquement pour des affrontements contre les fascistes, qui s’impose a nous dans toutes l’Europe ! RASH BXSL 0ï !

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Saisissez votre commentaire

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.7 [23768]
Top