RSS articles
Français  |  Nederlands
Que crèvent les marches climat, vienne l’écologie sociale !
posté le 03/04/19 par Groupe Anathème Mots-clés  environnement  luttes sociales  répression / contrôle social  solidarité 

Ce qui s’est passé n’est rien de fondamentalement nouveau. Une certaine classe sociale continue d’utiliser la question climatique pour éclipser la question sociale. Et une fois de plus, l’incroyable puissance de révélation des gilets jaunes fit tomber le masque hideux du progressisme le plus conservateur.

La stratégie qui consiste à caresser le pouvoir dans le sens du poil vient de démontrer son impuissance et son échec cuisant. La loi climat, comme de prévu, à capoter. Les mobilisations du dimanche entrainent de moins en moins de gens. Et tout fini de se dissoudre dans le spectacle marchand. L’incroyable mépris de classe, l’incroyable collaboration active avec la police des organisateurs de ces marches funèbres à l’encontre des gilets jaunes et des black blocs a fini de clarifier encore une fois la question.

Les organisateurs, après avoir méticuleusement tenté de saboter toutes paroles alternatives durant Occupy for Climate, n’hésitant pas à faire des assemblée qu’ils disaient générale mais dont le seul but était d’entrainer chacun vers leurs propres agendas, les organisateurs, comme Act for Climate Justice, Oxfam etc, , ont prouvé par les gestes et la parole, que, à l’instar des politiciens, cette avidité excessive à invoquer sans arrêt la démocratie correspond en vérité à la perte de son sens effectif. Le slogan « this is wath démocracy looks like » trouve enfin son sens plein. En effet, les organisateurs, les partis, et un certain nombre de marcheur ont exactement le visage de ce que l’ennemi appelle démocratie ; le double jeu, le mensonge, la violence sourde, le mépris, une certaine dose de racisme habitent et hantent leurs inconscient . Et ce n’est pas la moindre de leur ressemblance que à mesure que leur monde se fissure ils n’en deviennent que plus méchant. La planète brule ? Ne votons pas la loi climat. La loi climat n’est pas passée ? Marchons et pétaradons triomphalement. Vous êtes les mêmes. La même inconséquence. La même désinvolture. La même hypocrisie.

Les gilets jaunes, une fois de plus, ont jetés un magnifique pavé de réel dans la marre métaphysique des « sauveurs du monde ». Il est vrai que la bourgeoisie ressent toujours le besoin de gérer ou de parler du monde. D’où cette étrange insistance sur le terme de « climat », dont le vague permet toutes les interprétations et d’avance tous les renoncements.

Le réchauffement climatique global n’est qu’un aspect du désastre. Par exemple, environ 50% de l’oxygène sur terre provient de la mer. Mer qu’on vide au filet plombé, dont on massacre les ressources halieutiques et la flore. Ceci n’est pas un problème climatique. C’est un problème écologique. Mais ce mot, d’écologie, semblent avoir bien du mal à sortir de votre bouche. Il est vrai qu’a comparé la cohorte de bourgeois satisfaits qui peuplent les marches climats, puis à contempler les gilets jaunes, on ne peine pas à deviner quelle classe est la classe écologique des deux.

Il y a ceux qui partent trois fois par an en vacances

Et il y a ceux qui ne partent plus en vacances depuis longtemps.

L’arrogance de cette future clientèle de l’éco-toursime, doit être rabattue. Ils sont ceux-là même qui iront, dans quelques années, cramer des pleins de kérosène pour aller pourrir de leurs manies touristiques la dernière foret du monde. Ils se sont révélés tels qu’ils sont : les ennemis radicaux de tout changement de société.

Pour notre part, nous refusons d’abandonner la question écologique à ces gens-là. Nous voulons faire entrer le mouvement écologique dans une phase autonome et destituantes, une phase de convergence, pour une écologie sociale. Cette tentative désespérée des auxiliaires bénévoles de la police des mœurs ne nous fera dévier d’aucune manière. Car contrairement à eux l’urgence habite nos tripes. Et cette génération, qui a tant joui de la libéralisation de mœurs, des trente « glorieuses »,de l’après-guerre, cette génération qui est-elle responsable de l’incendie planétaire, moins qu’aucune autre est autorisée à donner des leçons à ceux qui survivent et se débattent parmi les ruines de leurs bonheurs passé. Faites places !

L’immense contraste entre une assemblée générale organisée avec quelques jeunes en grève pour le climat et les discussions à la marche climat avec ces vieux bourgeois satisfaits nous ont fait apparaitre le fossé qui commence à naitre entre les générations. Cette assemblée général n’eut pas besoin de modérateur, le niveau d’écoute était bon, la bienveillance était tendre. Et de partout la sincérité semblait une évidence. Ces jeunes gens, comme le mouvement gilets jaunes à ses débuts sont en recherche de moyens et de possibilités. Ils n’ont pas cette arrogance de tout savoir à l’avance et tous sont prêts à se laisser contaminer par les êtres et les événements. Et ne pensez pas qu’ils ne vous voient pas. Ils vous observent, et à mesure que passent les semaines, ceux-là, même qui hier encore nous trouvaient trop radicaux prennent conscience de ce que vous êtes. Et se sera bientôt à votre tour d’observer le mépris dans le regard de vos enfants. Ils ne vous le pardonneront pas. Car eux parlent déjà de fin du capitalisme, de changer la société de fond en comble, quand vous n’avez à la bouche que la glorification de vos petites manies eschatologiques et individualistes.

Ne pensez pas que vos méthodes policières nous feront cesser de parler d’écologie, nous ne tomberons pas dans le piège qui consiste à vous abandonner la question fondamentale que nous pose l’époque. Nous avons déjà gagné. Le temps fissure ce monde qui vous va si bien. Dans lequel vous vous sentez si à l’aise. Mais de partout il se lézarde. Vous ne seriez pas si méchant si vous n’en aviez pas, quelque part, un peu conscience.

Ainsi, puisque vous tenez fermement à exclure la question sociale, nous l’imposerons de nous-même. Vous n’êtes qu’un cordon de police de plus dans l’immense dispositif de maintien de l’ordre. Mais un dispositif lâche et sans consistance. Au diable le slogan « on est plus chaud que le climat », place à « on est plus chaud que les marches climat. » Si vous êtes incapables de prendre l’époque au sérieux, faites donc place. Vous avez assez joué.

Désormais, et face à tant d’hostilité, la nécessité d’un bloc écologiste et social, d’un bloc autonome, apparait comme de plus en plus évidente. Que tous les sincères, les humiliés, les révoltés nous y rejoignent. Le climat mérite toujours l’insurrection. Le spectacle n’est toujours pas une solution.

Quant aux marcheurs ;

Dormez cadavres, ce cimetière vous appartient.

Quelques gilets jaunes autonomes.


posté le 3 avril 2019  par Groupe Anathème  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • 3 avril 10:15, par Nous aime pas les artistes

    CONTRE LES BOOKCHINERIES !!!!

    Bob Black
    Anarchy after Leftism
    https://theanarchistlibrary.org/library/bob-black-anarchy-after-leftism

    * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

    Il n’est pas rare d’entendre dire, avec des accents assez foucaldiens, par les néoanarchistes qu’il s’agit de se transformer soi-même, de modifier notre subjectivité, de « s’inventer soi-même en dehors de la matrice qui nous a conformés ». Mais cette volonté ne renvoie pas à une pratique purement individuelle, car c’est bien évidement dans le rapport avec les autres, dans le tissu relationnel, dans les pratiques collectives et dans les luttes communes que se trouvent les matériaux et les outils pour effectuer ce travail de soi sur soi.

    D’ailleurs, l’importance que revêtent aujourd’hui les pratiques de désubjectivation met directement en cause la fameuse dichotomie que Murray Bookchin établissait au milieu des années 1990 entre l’anarchisme social et l’anarchisme « style de vie », car ces deux types d’anarchisme, loin d’être opposés entre eux, sont en fait intimement liés. En effet, la nécessaire construction d’une subjectivité différente au travers des luttes - qu’elles aient une visée globale ou locale - implique qu’il n’y ait pas d’anarchisme social qui ne comporte de fortes composantes existentielles, et pas d’anarchisme « style de vie » qui ne soit imprégné de composantes sociales. Malgré cela, on entend souvent dire que, contrairement aux révoltes ancrées dans la question sociale, les révoltes dites existentielles sont d’une totale innocuité pour le système au prétexte que, même débordant la sphère strictement privée, elles n’en resteraient pas moins confinées à des espaces réduits qui ne pourraient perturber la bonne marche du système.

    Cela ne se passe pas exactement ainsi. Si l’anarchisme, qui est aussi - surtout, diront certains - une manière d’être, une façon de vivre et de sentir, une forme de sensibilité, fait problème pour le système, c’est, en partie, parce que cette option existentielle oppose une solide résistance, non seulement à ses intimidations répressives, mais surtout à ses manœuvres de séduction et d’intégration. Il arrive bien souvent, en effet, même s’il existe des exceptions, que ceux fortement marqués par leur expérience anarchiste demeurent à jamais irrécupérables. En maintenant vivante leur altérité irréductible par rapport au système, ils représentent évidemment un danger pour celui-ci. Ils ne le défient pas seulement par leur seule existence, mais servent aussi de relais, favorisant l’apparition de nouveaux révoltés. À ce sujet, Christian Ferrer, philosophe anarchiste argentin me disait il y a peu : « L’anarchisme ne s’enseigne pas, et il ne s’apprend pas non plus dans les livres - même si ceux-ci peuvent aider -, il se propage par contagion, et quand cette contagion nous atteint c’est, en général, pour toujours. »

    Ainsi l’anarchisme social, appelé aussi anarchisme « organisé », et l’anarchisme « style de vie » s’imbriquent mutuellement puisque, d’une part, le défi que représente l’adoption d’un style de vie différent de celui que promeut le système institué et le refus de participer à ses normes et à ses valeurs constituent une forme de lutte qui sape, à la base, sa prétention à l’hégémonie idéologique et qui crée de la conflictualité sociale, aux conséquences parfois notables. D’autre part, nul ne peut œuvrer à l’émancipation collective et s’engager dans les luttes sociales sans que cela affecte profondément son style de vie et sa manière d’être. Les deux formes d’anarchisme se retrouvent d’ailleurs souvent sur le terrain des luttes concrètes. Cela n’empêche pas que certains secteurs s’efforcent d’élever une barrière entre ces deux manières de pratiquer l’anarchisme. [...]

    En général, ceux qui se voient catalogués, souvent à leur corps défendant, comme partisans de l’anarchisme « style de vie », parmi lesquels une bonne part des néoanarchistes, se montrent peu belligérants sur le plan de la différenciation des courants idéologiques libertaires. Ils se sentent peu concernés par les luttes intestines au sein du mouvement. Ce sont plutôt les partisans de l’anarchisme social, ou « organisé », lequel recoupe - sans toutefois s’y réduire - les orientations communistes libertaires, qui mènent combat pour étendre leur rayon d’influence au sein du mouvement et confiner dans ses marges les anarchistes style de vie. Ce sont donc leurs arguments que je voudrais discuter, en précisant, auparavant, certains points afin d’éviter les malentendus.

    Tout d’abord, l’anarchisme, « sans adjectifs », n’est de l’anarchisme que s’il défend la justice sociale et la liberté entre égaux. S’il doit dénoncer l’exploitation et les inégalités sociales, il doit également lutter aussi efficacement que possible contre elles ; il doit être présent parmi ceux qui s’engagent tout comme il doit chercher à étendre son influence au sein de ceux qui sont les plus touchés par les injustices du système. Par conséquent, on ne peut qu’applaudir les efforts que déploient certains militants pour s’organiser spécifiquement afin de contribuer à développer les luttes. Malgré cela l’anarchisme social véhicule trop souvent des pratiques et des présupposés politiques qui l’éloignent subrepticement de ses racines libertaires, soit qu’il adopte des structures insuffisamment horizontales, soit qu’il participe d’un certain avant-gardisme, soit encore qu’il tombe dans des pratiques sectaires, pour ne citer que quelques exemples. [...]

    En fait, comme il arrive presque toujours avec les dichotomies, celle suggérée par Bookchin déforme la réalité. Car il n’y a pas deux catégories d’anarchisme - à un extrême, un anarchisme « style de vie », replié sur lui-même et complètement indifférent aux luttes sociales, et, à l’autre extrême, un anarchisme social imperméable à tout ce qui n’est pas lutte contre le capital -, mais un continuum entre les deux avec tous les dosages possibles. Le fait d’appartenir - ou pas - à une organisation déterminée crée donc une dichotomie, mais elle ne saurait suffire à conclure que l’anarchisme social se trouverait du seul côté de ceux qui appartiennent à une organisation.

    La même remarque peut d’ailleurs s’appliquer à l’expression « anarchisme organisé ». Il n’y a pas, d’un côté, un anarchisme organisé et, de l’autre, un anarchisme qui ne le soit pas. Il est bien évident qu’il faut s’organiser puisque la réalisation de n’importe quel type d’activité collective, ne serait-ce qu’éditer quelques feuilles ou débattre d’un sujet, exige toujours une forme ou une autre d’organisation. [...]

    [L]’usage de l’expression « anarchisme organisé » est trompeur. En définissant en réalité l’anarchisme encadré dans une structure traditionnelle ou l’anarchisme engagé dans la construction d’une telle organisation, elle affirme implicitement que les groupes et les collectifs qui s’organisent autrement pour développer des tâches spécifiques et limitées ne font pas partie de l’anarchisme organisé. Cette expression est aussi dangereuse car elle introduit, à l’instar de presque toutes les dichotomies, une dissymétrie évaluative et une hiérarchisation entre les deux pôles de la dualité créée.

    En effet, si le fait de s’organiser constitue une valeur évidente, alors l’anarchisme organisé est positif, et l’autre négatif, ce qui légitime donc l’appel à rejoindre ou à construire « l’organisation ». Sauf que la différence entre eux ne réside pas dans le fait d’être ou non organisés ; en réalité, les deux le sont chacun à leur manière.

    Tomas Ibanez
    ANARCHISME EN MOUVEMENT
    Anarchisme, Néoanarchisme et Postanarchisme
    2014 [extraits]

    * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

    Bien que [le sectarisme] ne soit pas très répandu dans le mouvement [libertaire], des tensions existèrent, ces dernières années, concernant la re-création expérimentale du projet anarchiste. Leur expression la plus tristement célèbre fut l’attaque des nouvelles tendances menée par Murray Bookchin. Dans son livre de 1995, Social Anarchism or Lifestyle Anarchism : An Unbridgeable Chasm ?[1] il déclarait :

    " Les années quatre-vingt-dix débordent de soi-disant anarchistes qui, leur flamboyante rhétorique contestataire mise à part, cultivent un anarcho-individualisme d’aujourd’hui que j’appellerai lifestyle anarchism[2]. Ses préoccupations concernant l’ego et son caractère unique ainsi que ses conceptions polymorphes de la résistance sont une sape constante du caractère socialiste de la tradition libertaire.[...] Aventurisme ad hoc, bravoure personnelle, aversion envers la théorie étrangement semblable aux partis pris antirationalistes du postmodernisme, célébrations de l’incohérence théorique (pluralisme), attachement profondément apolitique et antiorganisationnel à l’imagination, au désir, à l’extase, et enchantement de la vie quotidienne individuelle. [...] Un état d’esprit qui ridiculise avec arrogance la structure, l’organisation, l’engagement public ; un bac à sable pour pitreries juvéniles[3]. "

    Les nouveaux anarchistes sont-ils vraiment une bande d’égocentriques, capables de rien d’autre que de créer des îlots échappatoires de subcultures alternatives menaçant bien peu le système[4] ? Les anarchistes ont-ils abandonné le travail, ingrat, mais nécessaire, qu’est la construction d’un mouvement révolutionnaire de masse et la propagation des idées contestataires dans la société entière ? Malheureusement, Bookchin ne fit aucun commentaire sur ce qui se passait dans les cercles activistes. Ses vitupérations visaient plutôt un mélange éclectique d’écrivains anarchistes comme L. Susan Brown, Hakim Bey ou John Zerzan. Leurs oeuvres furent l’objet d’une pluie d’injures. Parmi les plus savoureuses : « fasciste », « réactionnaire », « décadent », « infantile », « personnaliste », « yuppie », « bourgeois », « petit-bourgeois » et « lumpen ».

    Bob Black, dans Anarchy after Leftism[5] livre une réplique, non moins caustique, aux invectives de Bookchin. Il affirme que l’étiquette « anarchisme lifestyle » est un homme de paille construit par Bookchin pour évoquer tout ce qu’il n’aime pas dans l’anarchisme contemporain : tout, apparemment, excepté ses propres opinions. Le véritable problème est cependant plus profond que l’attitude méprisante de Bookchin envers le postmodernisme et l’enchantement de la vie quotidienne. Son approche implique en effet qu’une orthodoxie anarchiste pourrait exister, que l’on pourrait différencier « vrais » et « faux » et ainsi juger des nouvelles tendances anarchistes voire leur dénier toute légitimité et leur refuser toute solidarité. Black associe cette attitude aux préoccupations de la gauche autoritaire, d’où son appel à un anarchisme « post-gauchiste ». Il affirme :

    " Tous les éléments importants qui ont intégré les pratiques des anarchistes ont leur place dans l’anarchisme en tant que phénomène en cours, que l’on puisse logiquement déduire ceux-ci de l’idée ou qu’ils la contredisent. Sabotage, végétarisme, assassinat [sic], pacifisme, amour libre, coopératives et grèves sont tous des aspects de l’anarchisme que leurs détracteurs anarchistes essayent de rejeter comme non-anarchistes[6]. "

    Cette insistance sur l’anarchisme comme phénomène en cours, nécessairement hétérogène et hétérodoxe, est ce qui invite à la condamnation du sectarisme et des horizons fermés de ceux qui assignent à l’anarchisme une signification étroite et nient l’authenticité des autres variations, ceux que Black nomme les anarchistes « gauchistes ». De façon similaire, John Moore en appelle à un « maximalisme anarchiste » dans lequel tout peut être soumis à critique et réévaluation, « en particulier lorsqu’on touche à ces icônes, vestiges de l’anarchisme classique et autres formes anciennes de la contestation : le travail, l’ouvriérisme, l’histoire. [...] C’est tout aussi valable pour les icônes de l’anarchisme contemporain : le primitif, la communauté, le désir et, surtout, la nature. Rien n’est sacré, et encore moins les slogans réifiés de l’anarchisme[7] ».

    L’étendue et la diversité de ce qui peut être recensé comme des expressions de l’anarchisme sont bien sûr difficiles à circonscrire. Mais c’est là l’avantage d’étudier l’anarchisme comme une culture politique. Ce concept permet d’approcher le mouvement par le bas, de placer organisation, action et mode de vie au même niveau que les idées et les théories. Il devient ainsi possible de décrire l’anarchisme sans le confondre avec un dogme ou une idéologie précise et de surmonter au moins quelques-unes des angoisses qui peuvent lui être liées. [...]

    Uri Gordon
    ANARCHY ALIVE !
    Les pratiques antiautoritaires de la pratique à la théorie
    Atelier de Création Libertaire 2012 [2008], p. 48-50.

    [1] Que l’on pourrait traduire par quelque chose comme : Anarchisme social et anarchisme mode de vie : un abîme infranchissable ? (NdT).

    [2] Il a été ici choisi de conserver le terme anglais plutôt que de le remplacer par « mode de vie ». D’une part, la traduction française ne rend pas l’acidité des propos de Boockchin qui use, à dessein, d’un vocable rappelant fortement l’univers publicitaire. D’autre part, le concept, lorsqu’il a été repris dans des analyses en langue française, fut souvent évoqué par son syntagme anglais.

    [3] Bookchin M., Social Anarchism or Lifestyle Anarchism : An Unbridgeable Chasm ?, Édimbourg, AK Press, 1995, p. 9-10.

    [4] Feral Faun (Landstreicher W.), « The Anarchist Subculture », in Feral Revolution, Londres, Elephant editions, 2001, p. 80-97.

    [5] Que l’on pourrait traduire par : L’anarchie après le gauchisme (NdT).
    Black B, Anarchy After Leftism, San Francisco, CAL Press, 1998.

    [6] Black B, « The Sphincter of Anarchism », Beneath the Underground, Portland, Feral House,1994, p. 31.

    [7] Moore J., « Maximalist Anarchism/Anarchist Maximalism », Social Anarchism, n° 25, 1998.

    Landstreicher W., « From Politics to Life : Ridding Anarchy of the Leftist Millstone », Anarchy : a Journal of Desire Armed, n° 54, 2002.

    McQuinn J., « Post-left Anarchy : Leaving the Left Behind », Anarchy : A Journal of Desire Armed, n° 57, 2004.

    * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

    Sur la dimension écologiste, je me contenterais ici de souligner que Bookchin s’est enfin rendu compte des dérives gravissimes, éco-fascistes, de l’écologie profonde, mais qu’il le fait un peu tard, et sans se remettre en question. En effet, sa position philosophique naturaliste, qui passe par une attaque de l’idéologie des Lumières (p. 9), attaque d’ailleurs partagée par Daniel Colson (p. 42), et même sa finalité très contestable (« l’harmonisation de l’humain avec l’humain conduit aussi à harmoniser l’humanité avec le monde naturel », p. 31), font bel et bien le lit de l’éco-fascisme.

    Quant au municipalisme libertaire, ce n’est rien moins, selon moi, que l’une des dernières planches de salut d’une bourgeoisie éclairée, soucieuse de recoller aux citoyens et toujours désireuse de leur faire entériner leur propre domination, à une échelle micro qui ne remet pas en cause les grandes décisions économiques (que Bookchin néglige d’ailleurs dédaigneusement), politiques, ou autres. C’est la fameuse « démocratie directe », désormais évoquée par tout le monde, y compris par le député RPR du coin, et la non moins fameuse subsidiarité, revendiquée par le christianisme social et le socialisme revisité. Pour soutenir son municipalisme libertaire, Bookchin n’hésite pas à s’appuyer sur une citation honteusement tronquée et interprétée de Bakounine (p. 13 : selon lui, Bakounine aurait été favorable aux élections... communales ! Mais pourquoi ne s’y est-il pas présenté ?). Il faudrait plus de pages pour démonter la subtile mais manipulatrice confusion qu’opère Bookchin entre communisme et communalisme, qui veut servir son propos. Regrettons également que la révolution russe ait été pratiquement oubliée comme exemple, mais il est vrai que la commune de Kronstadt revendiquait ni plus ni moins qu’une troisième révolution, la révolution sociale, et que la Makhnovtchina, tout juste évoquée par Bookchin, évoluait de pair avec la confédération Nabat qui était... anarcho-syndicaliste.

    Non seulement ce municipalisme libertaire, aux contours flous mais dont la seule clarté consiste à se placer sur le terrain électoral (même si Bookchin ne le clame pas trop pour des raisons évidentes de crédibilité au sein du mouvement libertaire), va servir de marchepied aux apprentis politiciens désireux de se faire les dents - comme nous en connaissons toujours au sein du mouvement anarchiste -, mais aussi, et surtout, il n’est en rien porteur d’une alternative révolutionnaire, comme l’a parfaitement montré l’exemple du mouvement écologiste allemand.

    Philippe Pelletier
    Extrait de « Le spectre du bookchinisme », in Le Monde Libertaire, N°976, 24-30 nov. 1994.

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.5 [24404]
Top