RSS articles
Français  |  Nederlands
Lieu nv posté le 19/02/20 - Local
Avis de tempêtes #26 posté le 16/02/20 - Local
ACTU AUTOUR DE LA TAULE posté le 13/02/20 - Local - 1 commentaire
Logement posté le 13/02/20 - Local
Perspective occupe-squat et lutte sociale posté le 13/02/20 - Local
Nouvel infokiosk sur la psychophobie et le validisme posté le 12/02/20 - Local - 1 commentaire
LANCEMENT DE LA FRONDE posté le 10/02/20 - Local
LOVIS - Réunion préparatoire importante posté le 09/02/20 - Local
Manif du 28 janvier : récit d’une déception prévisible. posté le 03/02/20 - Local - 2 commentaires
CALL FOR HELP ! APPEL A L’AIDE ! posté le 31/01/20 - Local
Appel à dons de livres pour bibli Queer posté le 31/01/20 - Local

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8

Appel à occuper Tweebosbuurt !
posté le 22/12/19 Mots-clés  logement / squats / urbanisme  luttes sociales  solidarité  action 

Tweebosbuurt est un faubourg du quartier Afrikaanderwijk, quartier habité majoritairement par des descendant·e·s de migrant·e·s nord-africain·e·s, situé dans le sud de Rotterdam, proche du centre-ville. Il se compose de quatre blocs de petits immeubles entourant des parcs publics ou des jardins. Ce quartier est en cours de gentrification depuis des années, notamment à cause de l’augmentation incessante des loyers dans le reste de la ville qui pousse les étudiant·e·s et d’autres populations blanches de classe moyenne à déménager dans des quartiers plus abordables, puis à réclamer une fois sur place une aseptisation du quartier, pourtant le dernier à être un tant soit un peu vivant à Rotterdam.

La ville a décidé de prendre cette situation au sérieux : la gentrification d’Afrikaanderwijk implique la démolition de la totalité de Tweebosbuurt, soit environ 600 maisons et locaux commerciaux (soit une surface de presque 25 000m2). 535 sont gérées par Vestia, un bailleur social privé mandaté par la ville de Rotterdam pour mettre en œuvre ce gigantesque "plan social". L’expulsion elle-même est financée à hauteur de 24 millions d’euros par la ville de Rotterdam, cette somme n’incluant même pas les frais de démolition ni de reconstruction.

Les 599 maisons et locaux commerciaux en voie de démolition doivent être remplacés par 374 nouveaux logements : 137 nouveaux logements sociaux ; 101 logements locatifs privés ; 143 logements privés occupés par leur nouveau propriétaire. Les locataires vont voir leur bail se terminer au 1er janvier 2020, et la démolition des logements aura lieu à partir d’avril 2020. La totalité des loyers vont augmenter, et la seule
alternative proposée par la ville aux habitant·e·s est de faire une nouvelle demande de logement social, ailleurs.

C’était sans compter sur la résistance des habitant·e·s. Depuis l’annonce du projet pendant l’été 2018, une contestation locale s’organise. 60 habitant·e·s ont porté la rupture de leur bail devant les tribunaux (sans succès), de nombreuses manifestations ont été organisées, portant l’avenir de Tweebosstraat à l’attention de tout le pays, réussissant même à obtenir du soutien à l’international, notamment
le soutien de l’ONU. Sans surprise, la municipalité est restée indifférente à la contestation et les expulsions se poursuivent, on peut affirmer sans difficulté qu’au moins une centaine de logements ont déjà été vidés.

L’échéance approchant, la contestation se durcit : les habitant·e·s retirent les plaques anti-squat à la disqueuse pour les déposer devant les bureaux de Vestia, et ouvrent les portes de leurs immeubles à des squatteur·euse·s dans l’espoir de ralentir les expulsions en alourdissant les procédures. En conséquence, c’est extrêmement simple de s’installer ici, presque clef en main. Les voisin·e·s aident
spontanément à chasser les employé·e·s de Vestia des logements squattés et proposent leur aide pour les ouvertures qui ont lieu en pleine journée. Ils sont également en lien avec des médias locaux pour tenter de rendre chaque action publique. Un auto-média est en cours de construction.

La police est plutôt passive face aux ouvertures de squats et tend au contraire à calmer les velléités de Vestia (ACAB cependant), qui a déjà plusieurs fois essayé d’envoyer ses gros bras mettre des coups de pression (portes fracturées, menaces, etc.) avant d’être rappelé à l’ordre par des patrouilleurs. Personne ici, ni Vestia ni la police, n’a l’air de s’attendre à une forme de résistance conséquente. Leur
suffisance et leur mépris pourraient bien les mener à leur perte, ralentir voire empêcher la démolition... Et entre-temps, potentiellement se réapproprier par le squat un quartier entier dans une des plus grosses métropoles d’Europe, ce qui ne viendra pas desservir les projets de contre-sommet de UDT2020 à Rotterdam (qui rassemble des industriels de l’armement du monde entier fin mai) qui commencent à germer dans les esprits, ou le prochain Shell Must Fall ayant lieu à la mi-mai à l’occasion de l’assemblée générale annuelle de Shell, à 30km de Rotterdam.

Ici, on rêve d’ouvrir des lieux collectifs dans chaque ancien commerce désormais fermé, on rêve d’être des centaines à ne plus payer pour avoir le droit d’habiter, on rêve d’abattre les clôtures séparant les jardins pour en faire des parcs ou des champs, on se surprend même à rêver de barricades et d’engins de chantier en feu ; et cet endroit semble offrir une telle opportunité. L’occupation de Tweebosbuurt pourrait bien devenir un nouveau front de la lutte contre le capitalisme et la gentrification en Europe, mais pour cela, il nous faut plus d’allié·e·s. Actuellement, on cherche activement des personnes pour venir vivre ici. On pense que si on réussit à être un peu plus nombreuses, ce sera très facile de poser un gros rapport de force dans un endroit comme celui-là.

Du coup, c’est un appel à toute personne qui a envie de s’impliquer frontalement contre une des formes de gentrification les plus agressives qui soient ; en empêchant la démolition imminente de centaines d’immeubles, en les habitant avec celles et ceux qui refusent encore de partir ; dans un faubourg ouvrier de plusieurs dizaines de milliers de mètres carrés où des centaines de logements sont déjà vides. C’est aussi un appel urgent : l’échéance se situe dans les prochains mois, peut-être même dans les prochaines semaines.

Pour que ce ne soit jamais le quartier qui nous quitte,

À vite.

Contact : squat-vestia@riseup.net
OpenPGP Signature : C3E3 8AEA FB8A 58DD 5ED8
11CF 956E ADCD 4837 E212


posté le 22 décembre 2019 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article

Commentaires

Les commentaires de la rubrique ont été suspendus.


copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.5
Top