RSS articles
Français  |  Nederlands
Avis de tempêtes #26 posté le 16/02/20 - Local
ACTU AUTOUR DE LA TAULE posté le 13/02/20 - Local - 1 commentaire
Logement posté le 13/02/20 - Local
Perspective occupe-squat et lutte sociale posté le 13/02/20 - Local
Nouvel infokiosk sur la psychophobie et le validisme posté le 12/02/20 - Local - 1 commentaire
LANCEMENT DE LA FRONDE posté le 10/02/20 - Local
LOVIS - Réunion préparatoire importante posté le 09/02/20 - Local
Manif du 28 janvier : récit d’une déception prévisible. posté le 03/02/20 - Local - 2 commentaires
CALL FOR HELP ! APPEL A L’AIDE ! posté le 31/01/20 - Local
Appel à dons de livres pour bibli Queer posté le 31/01/20 - Local
Appel à témoignage - stérilisation féminine posté le 22/01/20 - Local - 1 commentaire

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8

APPEL À UNE RÉBELLION INTERNATIONALE POUR LE ROJAVA ! posté le 10/02/20 - Appels internationaux
Libérons Anton ! posté le 07/02/20 - Appels internationaux

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 17

Article refusé par les modérateurs
Raison du refus :
extrait datant de 2006 (ni info locale ni appel international)
« GRÈVE MONDIALE DE LA PROCRÉATION »
posté le 22/01/20 Mots-clés  féminisme 

Grève de la Procréation.

Au lieu de nous laisser approcher, on se déroberait.
Ils auraient vite fait de conclure la paix, crois-moi !

Aristophane, Lysistrata. Grèce, Ve siècle av. J.-C.

La perpétuation d’un système mondial fondé sur la précarité
et l’injustice. Femmes, serons-nous solidaires ?
Nous avons le pouvoir de ne plus recommencer ce qu’ont fait
des générations de femmes : reconstruire sans cesse
un monde à demi détruit pour le voir détruire à nouveau,
refaire des enfants pour qu’ils soient tués ou qu’ils tuent.

Gisèle Halimi (présenté et coordonné par), Le Programme commun des
Femmes
. France, XXe siècle.

On se scandalise que les altermondialistes, pourtant si sourcilleux sur l’Éthique et tant impatients d’agir révolutionnairement, n’aient pas jusqu’à présent lancé l’idée d’une GRÈVE MONDIALE DE LA PROCRÉATION : quelle arme pourtant ! La plus puissante arme politique qui se puisse imaginer, plus renversante même que l’argent ou la violence, puisque ce serait ici l’essence même du politique, la personne humaine, qui se déroberait à toute instrumentalisation. Comment faire ployer les politiciens et les financiers sinon en les privant de leur substance même : les électeurs et les exploitables ?

Voilà bien la rébellion suprême : refuser de donner des enfants à un système qui les transformera en combustible à son seul profit ! Matrix… Vous ne fabriquerez plus de nouveaux travailleurs, de nouveaux corvéables pour un salaire de misère ; vous ne donnerez plus aux États de nouveaux citoyens dont les impôts serviront à financer missiles et oppressions ; vous, les héros du Refus, vous commencerez par refuser que votre progéniture endure un monde que vous-mêmes ne tolérez plus. Là où l’injustice étend son hégémonie, il n’y a pas de place pour un berceau !

Cesser de procréer. Voilà bien la rébellion suprême : on ne peut plus pacifique, on ne peut plus efficace, on ne peut plus intransigeante, on ne peut plus convaincante. Mais aurez-vous le courage d’une telle rébellion ? Ou bien accepterez-vous d’offrir de nouvelles proies au capitalisme triomphant ? Mais nos enfants contribueront à changer le monde, vous disculperez-vous. Hypocrites ! Eh bien non, ce monde immonde, il le faut changer avant de le léguer à votre postérité : depuis des millénaires prévaut le prétexte des lendemains qui gazouillent, il n’est plus temps d’attendre, il n’est plus décent de déposer dans les mains de vos descendants la tâche qui vous incombe, et à vous seuls ! Ou bien vous réussissez à modeler la société planétaire à l’image de vos espoirs d’Équité, de Fraternité et de Solidarité, ou bien vous vous abstenez de jeter de nouveaux vivants dans un monde que vous jugez à juste titre hideux et invivable !

Voici venu le temps de vous montrer conséquents avec vous-mêmes et avec vos idéaux : vos enfants ne seront ni les outils de votre révolte ni les outils des multinationales : ils naîtront dans un monde libre, équitable et pacifié par votre propre lutte, ou bien ne naîtront pas !

Mécontents de tous les continents, il s’avère urgent de méditer en profondeur la suggestion suivante : pour enrayer la tyrannie de la Production, BOYCOTTEZ LA REPRODUCTION ! Syndicalistes, ne pratiquez plus l’interruption de travail, poussez plus loin votre subversion : pratiquez « au finish » l’interruption de grossesse ! Lancez donc le mot d’ordre d’une Grève généralisée de la Procréation jusqu’à ce que les multinationales et leurs complices, les gouvernements, se plient à la nécessité de la redistribution des richesses et du respect du droit, non seulement des travailleurs, mais de tous les humains. Quelle est la principale hantise des industriels ? Ne plus disposer d’une main-d’oeuvre abondante dont ils pourront sucer, avec la force de travail, la moelle : menacez-les de ne plus vous reproduire, prolétaires, opprimés, insurgés, idéalistes, écologistes et altermondialistes de tous les pays, et vous verrez bientôt les patrons se plier à toutes vos demandes d’augmentation salariale, à toutes vos revendications en faveur de la qualité de vie, de l’environnement et de la dignité humaine ! Assez de logorrhée, de slogans, d’affiches, de protestations verbales, de rassemblements médiatiques et de manifestations sans lendemain ! Usez plutôt du pouvoir absolu dont vous détenez la maîtrise : le rejet de toute fécondité jusqu’à ce que les structures socio-économiques se trouvent métamorphosées à la mesure de vos aspirations ! Pratiquez désormais le chantage du ventre contre ceux qui vous asservissent en faisant chanter votre ventre…

Exemplaire, la Lysistrate d’Aristophane avait déjà ouvert cette voie que les femmes romaines radicaliseront, elles qui se refusèrent à engendrer des enfants dans le dessein de faire valoir un de leurs droits bafoué. Preuve de l’incomparable efficacité d’une telle abstinence, la fête des Carmentalia sera instituée pour commémorer la victoire remportée sur les prévaricateurs. Notons que la déesse tutélaire de cette révolte, Carmenta, est bien celle dont le chant prophétique laisse une fois de plus entrevoir la véritable libération : aussi prolifique en Verbe que parcimonieuse en Utérus, certaines traditions tiendront pour nullipare cette très oraculaire divinité…

Oui, l’Anti-Natalisme peut devenir un instrument, incroyablement moderne, de lutte politique !

Brandissez la plus haute menace : engagez-vous, pétitions à l’appui, appel lancé solennel à tous les écrasés de la Terre, à ne plus fabriquer d’enfants durant un an, à titre d’avertissement, et si, au terme de l’année écoulée, votre stérilité délibérée n’a engendré aucun changement, si l’horreur et si l’iniquité prédominent toujours, prolongez d’autant votre grève génésique, et encore d’autant jusqu’à ce que les multinationales (grandes consommatrices de bras juvéniles), et leurs obséquieux complices, les gouvernements, aient enfin pris les décisions adéquates et donné à tous les humains les conditions d’accès au bonheur, à la sérénité, à la sécurité, à la santé, à l’aisance matérielle, bref à la jouissance d’exister qu’ils méritent.

Ne dites plus : « nous ne pouvons rien » ; vous pouvez tout : il suffit de ne plus engendrer de nouvelles victimes, de nouveaux esclaves ! À la vérité, si la misère s’est perpétuée jusqu’à nos jours, c’est parce qu’il s’est toujours trouvé des lâches pour se perpétuer dans un monde qui ne mérite guère que l’on s’y perpétue !

Une GRÈVE MONDIALE DE LA PROCRÉATION… Imaginez la portée symbolique d’un tel engagement, imaginez sa puissance d’impact médiatique, imaginez la crise, le scandale, la secousse, le débat planétaire qu’il provoquerait, enfin ! Imaginez, surtout, les réformes qu’il ne pourrait manquer de susciter, au profit de tous ! Imaginez…

Osez dire : nous ne voulons pas d’un tel monde pour nos enfants et nous ne donnerons pas d’enfants à un tel monde ! Voilà la Subversion ultime. Qu’attendez-vous pour marcher dans le soleil d’une telle Subversion ?

Contrairement aux apparences, cette idée de chantage à la fécondité n’est certainement pas si saugrenue, si irréaliste, puisque des étudiantes finlandaises ont le plus sérieusement du monde, dès avril 2002, décidé de ne plus faire d’enfants tant qu’un projet de centrale nucléaire dans leur région ne serait pas abandonné. 850 personnes signèrent une lettre adressée au Parlement finnois stipulant que l’« on ne doit pas avoir d’enfants dans un monde qui n’est pas sûr » (sic) et précisant que ce moratoire sur la procréation se poursuivrait durant au moins 4 ans. Si ces admirables étudiantes ont le courage de prolonger, jusque dans ses extrêmes implications, leur judicieuse réflexion, elles renonceront sans nul doute, réacteur atomique ou non, à toute pulsion utérine, sachant que notre monde, par essence, est véritablement tout, sauf sûr…

« On ne doit pas avoir d’enfants
dans un monde qui n’est pas sûr ».

Maxime à placarder sur le linteau de toute maternité.
Et plus encore : de tout athénée !

Nous le réaffirmons : dans son état actuel, le monde étant de plus en plus insupportable, impossible à assumer dans la pullulation des carcans qui le fondent, il n’y a aucune raison, pour les authentiques tenants de l’Éthique, d’y jeter des créatures qui n’auront d’autre statut que celui de machine-outil au service de l’économie occidentale…

Insoumis, ne sacrifiez plus vos enfants,
sacrifiez votre désir d’enfant !

[Extrait de L’Art de guillotiner les procréateurs : Manifeste antinataliste de Théophile de Giraud, 2006, p. 151-154., « Posture XII : Considérations caudales ». Télécharger : https://archive.org/details/LartDeGuillotinerLesProcrateursManifesteAnti-nataliste/]


posté le 22 janvier 2020 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article

Commentaires

Les commentaires de la rubrique ont été suspendus.


copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.5 [24404]
Top