Expulsion du foyer de lutte à l’ULB

En ce matin du vendredi 3 mai 2019, à 6h00, une trentaine de policier-e-s lourdement équipé.e.s ont délogé les occupant.e.s du foyer de luttes (occupation de locaux vides sur le campus de l’ULB dans le but de faire vivre des pratiques de solidarité concrète et donner à se rencontrer différent.e.s acteurs/actrices des luttes en cours : luttes sociales, écologiques et féministes).

Six individu.e.s ont donc été tiré.e.s de leur sommeil de manière violente et urgente. Ils et elles n’ont pas eu la possibilité de récupérer l’essentiel de leurs affaires personnelles, et deux occupants n’ont pas pu récupérer leur chaussures.
La suite, à la chaîne : Huissier de justice, commissariat, contrôle d’identité à rallonge puis promenade à pieds nus dans les rues de Ixelles...

On est entrain d’analyser la paperasse mais ça sent la soirée de soutien...

C’est un coup de pression, mais c’est surtout une attaque frontale envers toute occupation, car la loi anti-squat a été appliquée sur le campus pour expulser une occupation, ce qui laisse présager l’utilisation de cette loi contre toute forme d’occupation, que ce soit d’usine, d’autres lieux de travail ou de pouvoir.

On donnera plus d’infos, et ON SE REJOINT CE SOIR A 18h*

*parler fêter se rassembler s’organiser à votre guise...


publié le 3 mai 2019

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.
Top